LES parutions Sources Chrétiennes 2018
SC 600, Cyrille d'Alexandrie, Commentaire sur Jean, Livre I

Cyrille d’Alexandrie nous a légué l’un des plus gros et des plus riches commentaires sur l’Évangile de Jean que l’Antiquité chrétienne ait produits. Il commente, verset par verset, l’intégralité du quatrième évangile, avec une attention permanente à ses dimensions trinitaire, christologique et sotériologique. On voit s’y déployer ses grandes intuitions : tout ce que fait Jésus, c’est le Verbe qui le fait ; en lui c’est Dieu qui naît, Dieu qui souffre, Dieu qui sauve. Peu de théologiens ont autant que lui le sentiment de la présence de Dieu au monde, un Dieu tout puissant qui accepte en Jésus de recevoir ce qu’il a toujours possédé : l’adoption filiale, l’Esprit, la Vie même.

Le livre I (sur douze) publié dans ce premier volume commente les versets 1 à 29 du premier chapitre. Tout en cherchant à montrer constamment contre les ariens que Jean atteste la divinité du Verbe, Cyrille dépasse une visée purement polémique pour montrer la richesse du texte johannique et sa singularité d’évangile du Verbe.

SC 597, Alcuin, Lettres, tome I

Riche de près de 300 pièces, la correspondance d’Alcuin, conseiller de Charlemagne et, à partir de 796, abbé de Saint-Martin de Tours, est sans équivalent à cette époque. Recueillie par son ami Arn, archevêque de Salzbourg, la première collection, comprenant vingt pièces, est ici éditée avec un nouveau texte critique et traduite pour la première fois en français. Datable de 799, c’est la seule qui ait été établie du vivant du maître d’oeuvre de la réforme carolingienne.

Adressées à Arn, à des moines, à des élèves ou à d’anciens élèves, à Charlemagne lui-même ou à la reine Edilthrude, ces vingt lettres illustrent divers genres : consolation, précis exégétique, manuel pastoral, miroir du prince ou de l’évêque, et même « tombeau ». Le clerc anglo-saxon y fait la part belle à la Bible, à la poésie, tout en s’inspirant de Jérôme, d’Augustin, bien sûr, de Grégoire le Grand plus encore.

Mais c’est surtout sa capacité à réagir à une situation nouvelle – la résurgence d’une hérésie, l’apparition de certaines pratiques – et à être un homme de son temps, soucieux d’une évangélisation pacifique des païens, de l’éducation des enfants, de la promotion des laïcs et des prêtres, de l’intégrité des évêques, du rôle majeur qu’un souverain comme Charlemagne peut jouer, qui fait l’attrait principal de ces Lettres.

Christiane Veyrard-Cosme est professeur de langue et littérature latines à l'Université Sorbonne-Nouvelle - Paris ". Elle a publié de nombreux ouvrages, en particulier sur Alcuin : Tacitus nuntius. Recherches sur l'écriture des Lettres d'Alcuin (730 ? - 804) et La Vita béate alcuin i (IXe s.) : les inflexions d'un discours de sainteté (Institut d'Études Augustiniennes, 2013 et 2017).

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

SC 596, Grégoire de Nysse, Homélies sur le Notre Père

Les Homélies sur le Notre Père de Grégoire de Nysse constituent une œuvre majeure sur la "prière du Seigneur". Cette série de cinq homélies, qu'il faut situer non au début de la carrière de Grégoire mais dans ses dernières années, a coonu une grande postérité, notamment la magnifique "hymne à la prière" de l'Homélie 1.

A la fois prédication pastorale et exégèse de chacune des phrases du Notre Père - avec des variantes -, elles mettent en lumière l'adoption filiale des chrétiens et présentent la prière comme une conversation avec Dieu. Elles dénoncent aussi le "blabla" des prières creuses, en prônant un ascétisme allié au souci des plus pauvres. Leur nouveauté est plus marquante encore sur la nature du pain "quotidien", sur la venue de l'Esprit Saint comme règne de Dieu, sur le "Mauvais" comme Tentation personnifiée.

Christian Boudignon est maître de conférences en langue et littérature grecques à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au Centre Paul-Albert Février. Il a publié l'édition critique de la Mystagogie de Maxime le Confesseur en 2011.

Matthieu Cassin est chargé de recherche à l'Institut de recherche et d'histoire des textes. Spécialiste de Grégoire de Nysse, il a notamment publié en 2012 L'écriture de la controverse chez Grégoire de Nysse. Polémique littéraire et exégèse dans le Contre Eunome.

Josette Seguin (1928-2006), chargée de cours à l'Université catholique de l'Ouest (Angers), a soutenu sa thèse en 2001 sur les présentes Homélies.

SC 595, Jean Chrysostome, Panégyriques de martyrs, tome 1

Les cinq éloges de martyrs réunis dans le présent volume ont été prononcés par Jean Chrysostome (v. 349-407) à Antioche entre 386 et 397. Comme les deux textes consacrés au martyr Babylas (publiés en SC 362), ils portent témoignage du rôle exceptionnel joué par la métropole syrienne dans le développement et la diffusion du culte des martyrs au IVe siècle. Antioche possédait en effet de très nombreux martyria et accueillait des martyrs venues d'ailleurs, tels Romain, Julien, Barlaam et des martyrs égyptiens.

Ces panégyriques, présentés ici avec une nouvelle édition critique, sont à situer dans leur contexte liturgique, mais aussi historique : ainsi, l'homélie sur Juventin et Maximim témoigne de l'opposition des chrétiens, en 362-363, à la réforme religieuse de l'empereur Julien.

Nathalie Rambault est l'auteur d'une thèse de doctorat, soutenue en décembre 1999 à l'Université de Limoges. Elle a édité plusieurs textes de J. Chrysostome et de Sévérien de Gabala.

Pauline Allen, Fellow of the Australian Academy of Humanities et Fellox of the British Academy, est Professeur à l'Australian Catholic Universituy de Brisbane et directrice du Centre for Early Christian Studies. Elle a publié de nombreux ouvrages et articles sur des auteurs chrétiens du IVe au VIIe siècle.

SC 594, Martin de Braga, Oeuvres morales et pastorales

Sources importantes sur l'Espagne à l'époque wisigothique et sur l'Église du royaume suève au milieu du VIe siècles, les oeuvres de l'évêque Martin de Braga sont ici traduites pour la première fois en français, dans leur quasi totalité.

Martin, né en Pannonie, après une longue pérégrination en Orient exerce son apostolat (552-579) en Galice, dans un royaume "barbare" situé à l'extrémité nord-ouest de la péninsule ibérique : après y avoir fondé le monastère de Dumium, il devient évêque de Braga, puis métropolitain de la province, où il jouit d'un grand prestige auprès de ses collègues évêques et du jeune roi catholique Mir.

C'est à ce dernier qu'il adresse la Règle de la vie vertueuse, sorte de "miroir" du prince chrétien idéal, au centre du "plan d'évangélisation" que semble suivre son oeuvre, écrite en latin : d'abord, trois traités ou sermons moraux fondés sur la loi naturelle (Pour repousser la jactance, De l'orgueil, De la colère), puis, après la Règle, une Exhortation de l'humilité, en tête d'un second groupe d'écrits pastoraux fondés sur la li divine (Réformer les paysans, De la triple immersion, De la Pâque), couronné par trois poèmes de belle facture, dont un Epitaphium qu'il s'est composé lui-même.

Jean-François Berthet et Guy Sabbah ont enseigné le latin à l'Université Lumière-Lyon 2.

Laurent Angliviel de la Beaumelle a enseigné l'histoire ancienn à l'Université de Picardie.

SC 593, Jérôme, Douze homélies sur des sujets divers

A côté des Homélies sur les Psaumes ou des Homélies sur Marc, dont l'unité se constitue autour du livre biblique commenté, ces douze Homélies sur des sujets divers témoignent des différentes facettes de la prédication de Jérôme à Bethléem. On y retrouve certes le savant exégète, attentif à souligner les traits majeurs et l'enseignement spirituel qu'on peut tirer de la lecture du jour. On y perçoit également l'enthousiasme du chrétien lors de la célébration des grandes fêtes de l'année liturgique -Noël, Épiphanie- et singulièrement au jour de Pâques, ce "huitième jour" qui inaugure les temps nouveaux. On y entend surtout le supétieur du monastère qu'il a fondé s'adresser spécifiquement à ses moines pour leur rappeler, chaque fois qu'il est possible et dans deux homélies qui leur sont plus particulièrement consacrées, les exigences du "saint propos" qu'ils ont librement choisi et auquel il ne leur appartient plus de renoncer.

C'est ainsi un Jérôme, certes sévère et rigoureux, mais aussi fraternel et soucieux des besoins de son auditoire, qui se découvre ici.

Professeur agrégé de Lettres classiques, Jean-Louis Gourdain a enseigné longtemps en second cycle, puis en classes préparatoires littéraires au lycée Jeanne-d'Arc de Rouen. A présent il donne des cours de latin, grec et patristiques au Centre Théologique Universitaire de cette ville. Ses travaux portent sur l'exégèse et la prédication de Jérôme, auquel il a consacré sa thèse de doctorat et dont il a édité, en 2005, les Homélies sur Marc dans la collection (SC 494).

L'A. A. S. C. d'intérêt général et reconnue d'utilité publique, avec son statut d'organisme non lucratif  ne peut pas vendre ses œuvres. Les commandes de livres de la collection Sources Chrétiennes doivent être passées sur le site des Éditions du Cerf.

© 2016 Association des Amis de Sources Chrétiennes

 

Association Reconnue d'Utilité Publique 

22 rue Sala, F-69002 LYON
Tél. 04 72 77 73 50  - Courriel :  sources.chretiennes@free.fr
CE Rhône-Alpes IBAN FR76 1382 5002 0008 0010 6621 805

CONTACT

Sources Chrétiennes, 22 Rue Sala - 69002 LYON

dominique.tinel@mom.fr

Téléphone : +33 (0)4 72 77 73 50

DIR. PUBLICATION : D. GONNET

 

MENTIONS LÉGALES
WIX
WIX.COM INC
500 Terry A François Blvd
SAN FRANCISCO, CA 94158
Tel. : +1 415-639-9034